L’art du tapis à Taznakhte, Ouarzazate

L'art du tapis

Le tapis a de tout temps été un élément essentiel de la vie humaine. Si les traces les plus anciennes ne remontent qu’à 2500 ans, dans les régions de Chine et d’Iran, il semble que son apparition partout sur la planète coïncide avec la fabrication des premiers vêtements. Ce revêtement de sol en laine de mouton allait peu à peu gravir l’histoire pour devenir un objet commun, usuel, mais porteur, raffiné et fier, des singularités culturelles de ses créateurs. C’est ainsi qu’au Maroc, dans les villes impériales comme dans les régions berbères, le tapis est devenu un artisanat d’art qui trouve place aux côtés des grandes traditions des tisserands d’Europe, de Perse, d’Asie et d’Orient.

Au Maroc, cet artisanat du tapis s’est développé selon deux lignées. Si les tapis fabriqués dans les villes, comme à Rabat, Fès ou Médiouna, affirment sans ambages leurs inspirations orientales apparues au sortir de la fastueuse période andalouse, quand les artisans musulmans alors présents en Espagne ont du rejoindre le Maroc, le tapis de tradition berbère semble lui inscrire ses racines dans les temps plus anciens. Des correspondances s’observent en effet entre certains motifs traditionnels et les dessins rupestres qui parsèment la région.

Tapis en arabe se dit "zarbia", et en berbère "tazerbyt", ce qui signifie "parterre fleuri" ou encore "ce qui est tendu au sol et sur lequel on prend appui". Au Maroc, on emploie également le mot qtifa, de même origine, qui désigne les tapis de haute laine, tissés généralement dans les régions de haute altitude.

Le tapis berbère, encore appelé Azetta, est le tapis des tribus berbères. Étendard du nom de chacune d’entre elles, il se fait l’expression de la qualité berbère en sa simplicité, rustique et sobre, en sa vivacité faite de bonne humeur et d’une mélancolie presque naïve.

Le tapis berbère, c’est aussi celui des femmes berbères, celles des campagnes et montagnes de l’Atlas, qui de mères en filles se transmettent les techniques comme les motifs d’un langage sibyllin où se mêlent à une géométrie abstraite et énigmatique les symboles de l’écriture Tifinagh en expression de l’identité amazighe, ou encore l’imagerie universelle des scènes de la vie quotidienne (figure animale, dessin d’oiseaux, de chameaux …). Le tissage des tapis constitue une activité vitale pour ces familles berbères de tradition pastorale qui y trouve l’une de leurs principales sources de revenus.

Dans la région de Taznakhte, à 85 km de Ouarzazate, se trouve l’un des principaux sites de production de tapis berbères, celui de la tribu Aït Ouaouzguite. Emblème du Haut Atlas, ces tapis aux couleurs chaudes tel l’orange, le jaune et le rouge, ont pleinement participé à la renommée internationale de cet artisanat. Aït Ouaouzguit est à son tour composé de plusieurs points de production dont notamment : Tamassint, Aït Semgane, Aït Waya, Aït Ougharda, Tidili, Aït Ouchen, Aït Ameur, Iznagen et Sektana.

Vous aimerez aussi ...

La sélection sudestmaroc.com

Desert Dream

L’agence de tourisme adaptée à l’organisation de tous vos séjours de découverte de la région Sud Est, sur des durées modulables de 1, 2, 3 jours ou plus selon vos envies.

Caravane des épices

Le rendez-vous des sens sur Ouarzazate : une étape incontournable pour découvrir épices, huiles, tisanes, crèmes, produits pour le hammam. Un service de hammam et massage est disponible sur commande.

Découvrir la région Sud Est du Maroc

Tete-Zagora-01
Désert
Tete-Ozt-cinema2
Cinéma
Tete-Theme-Palmeraie-02
Palmeraie
Tete-Tinghir-01
Vallée & Montagne