TOP

Taznakht autrefois

Taznakht ne ressemble en rien à ce qu’elle était. Son passé est parsemé sur ses terres, gravé sur les murailles de ses kasbahs et dessiné sur ses tapis. Autrefois, Taznakht était un maillon de la chaîne des routes caravanières à l’instar de Telouet, Ait Benhaddou et Taourirte. Son atout est sa situation stratégique entre Souss, Drâa et Telouet. C’est un point de croisement et d’échange.

Elle avait un rôle commercial important à travers la troque de différents produits : grains, peaux, dattes, poterie, bijoux, sel, sucre, thé … Les caravanes venant des oasis de Drâa, des montagnes de Telouet et des plaines de Souss y affluaient. Ces transactions assuraient la liaison commerciale et culturelle entre Taznakht et les autres régions du Maroc.

Taznakhte

La bijouterie et la tapisserie faisaient aussi la singularité de ce territoire vaste et riche. Les maitres des lieux étaient issus de grandes familles locales. C’est le cas d’amghar Mohamed Zanifi dont l’influence s’étendait jusqu’aux confins de Zagora. Un tapis (henbel) du même nom renvoie à ce caïd selon certaines sources. Pourtant, l’amghar Ahmed a cédé devant le raz de marée des nouveaux seigneurs à l’époque en l’occurrence les glaoua qui l’avaientt placé prioritairement en point de mire. Taznakht est alors tombé à leurs mains.

D’autres familles sont ancrées dans l’histoire locale : la famille Ait Ouissaâden à Tafounante dont ont reconnait le tissage du premier tapis et la famille Ait Bakiz à Ait Ouagherda. La tribu Iznaguen est quant à elle un fort élément humain dans l’histoire de toute la région Sud-est.

Taznakht a aussi son joyau naturel, c’est le mont de Siroua. La Kasbah de Taznakht est quant à elle le monument architectural phare. On raconte que pour la construire la terre était transportés à dos d’ânes depuis Tamddakhte.

C’est une histoire aussi riche qu’impressionnante. Les enfants de Tazenakht en sont fiers. Ils ont foi en leur terre. Ils portent sa mémoire, répondent à son appel et goûtent ses chants. Ils sont tous Ait Teznakht.

Crédit Photographie : Abdellah Azizi

Comments (1)

  • Mohamed Saadouni

    C’est très émouvant de lire cet article! Je suis natif de Taznakhte, et j’ai passé mes toutes premières années scolaires dans cet édifice, aujourd’hui en ruine. Je remercie profondément la rédaction du site pour l’édition de cet article. Merci.

Post a Comment

X