Tamtatouchte, la rose de la vallée de Todgha

Le petit village de Tamtatouchte est confiné dans les environs de la vallée de Toudgha. Quelques modestes logis dispersés, plantés dans un environnement naturel plein de contrastes : la brise des cimes, la fluidité des vents et la terre embellie par une mosaïque de couleurs. Rien ne perturbe la quiétude de l’esprit et de l’âme dans ce petit havre reculé. Son enclavement ne fait que promettre une ambiance salutaire.

Les habitants de Tamtatouchte sont des berbères de la tribu Aït Merghad. Une population qui a su transiter du nomadisme à l’agriculture, du désert au versant du Haut Atlas pour s’adapter au temps et au nouveau territoire. A une époque récente, toute la communauté vivait dans une seule casbah « Tighremt » qui l’abritait alors de l’hostilité des hommes et de la rigueur de la nature. C’était l’esprit tribal qui soudait les individualités pour en faire une force collective. Aujourd’hui l’ancienne casbah est en vestiges. Un amas de décombres et quelques pans de vieux murs sont les seuls traces qui témoignent des temps passés.

De nouveau la terre est pétrie pour ériger des abris revêtus de couleurs différentes. De nouveau les habitants de Tamtatouchte cultivent laborieusement des lopins où poussent quelques légumes, de l’orge, du blé et du maïs. C’est une culture vivrière destinée à faire subsister toute une population majoritairement paysanne. Leur bétail foule les flancs des montagnes pour brouter quelques herbes qui poussent péniblement dans ces terres de paradoxes, à la fois austères et abondantes mais aussi agréables. 

Trois hameaux composent Tamtatouchte : Tighremt, Ait Youb, Aguerd. Le plus ancien est Tighremt en vestiges. Il remonte à plus de 150 ans. La modernité déferle progressivement sur ce village surtout avec l’arrivée massive des touristes. Les conditions de vie des villageois se sont relativement améliorées par le raccordement en électricité et en eau potable. Une école primaire et un collège à Aït Hani, centre administratif, assurent aux enfants de Tamtatouchte et ses environs le droit à la scolarisation. Pourtant, cette évolution n’affecte en rien la beauté singulière des lieux, la bienveillance des habitants et les traditions séculaires de cette tribu amazighe.

Crédit Photographie : Abdellah Azizi
www.azifoto.com

A lire : Randonnée dans la vallée de Tassaoute

Tamtatouchte se trouve sur la commune d’Aït Hani, province de Tinghir.
Pour rejoindre Tamtatouchte : depuis Tinghir : suivre la direction de la “route des gorges” / après les gorges de Todgha, à 18 km se trouve Tamtatouchte / état de la route : goudronnée
Il n’y a pas de ligne régulière de taxi. Depuis Tinghir, la location d’un taxi collectif est cependant possible.

Localisation

1 commentaire
  1. Avez-vous vu la lune au sommet de la montagne? Qui veut la lune vise le ciel.

    Tamtatouchete mon village natal, chère à mon coeur. Village riche en potentialités Humaines et en ressources naturelles. Hélas! l’exode rurale a vidé le village. Nous esperons que l’Etat encourage l’investissement dans ce village en l’inscrivant dans le programme d’appropriation des terrains collectifs à l’egards de ce qui est fait a Sidi Slimane laghrebe (voire visite de la fille de Trump). L’integration de genre dans ce village jouera un role important dans le sort de developpement economique et social pour cette tribu d’Ait Merghade, connue pour son serieux et son dynamisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi ...