La ruche des femmes du ksar d’Aït Ben Haddou

Les femmes du ksar d’Aït Ben Haddou portent le flambeau de l’action. Elles s’affirment responsables et engagées. Elles manifestent des volontés qui transforment de fil en aiguille leur vie en une ruche bourdonnante. Le projet de mise en place d’un salon de thé dénommé Tawasna illustre l’un des objectifs de la dynamique de développement local initiée et animée par Loubna Mouna Guenoun dans le cadre des activités de l’association « We Speak Citizen » auprès du territoire du ksar : à la fois générer du revenu pour la communauté féminine et placer les femmes comme actrices de développement. Ces femmes se sont en effet levées pour prendre leur destin en main en faisant d’un micro projet une opportunité d’amélioration de leur situation socio-économique mais aussi d’épanouissement de leur personnalité.

L’émergence d’une dynamique féminine inspirante

« Tawasna » signifie savoir-faire en parler amazighe local et c’est le nom choisi pour le projet de salon thé initié et porté par une dizaine de femmes du ksar d’Aït Ben Haddou.

Le choix de ce nom pour cette initiative revêt une importance symbolique majeure car il représente de manière très concrète la prise de conscience de la femme rurale qu’elle porte en elle la capacité d’améliorer ses propres conditions de vie, et qu’elle a donc la responsabilité d’agir pour y parvenir. C’est là le modèle d’une sage économie où la femme, indépendamment de son niveau d’instruction, valorise ses talents et les met au service de sa collectivité, aussi petite soit-elle. Tawasna est véritablement une ruche bourdonnante de labeur, de solidarité et d’épanouissement.

Ces femmes se sont affranchies de la tradition pesante de passivité qui les enfermait dans un rôle stéréotypé où la femme rurale se résigne à être toujours reléguée au second plan. Le projet Tawasna est nourri de l’expérience de chacune des femmes qui le portent, de son vécu en tant qu’épouse, mère et surtout en tant que femme consciente de ses nouveaux défis et de ses ambitions.

Le salon de thé Tawasna au ksar d’Aït Ben Haddou

Le travail, une clé d’épanouissement de la femme rurale

Tawasna est un projet construit par et pour les femmes. Il représente un espace d’épanouissement pour ses actrices bienveillantes les unes envers les autres. Parallèlement à leur devoir de femme au foyer, elles assument avec détermination le rôle de responsable de projet : elles planifient, organisent, animent et se concertent pour assurer le bon déroulement de leur entreprise, ce qui leur permet de tisser et de renforcer des liens intimes propices à la cohésion de l’équipe.

Toutes ces femmes considèrent leur travail au sein de Tawasna comme une clé de leur développement personnel et aussi une source de bonheur car leur engagement leur renvoie une image d’elle-même plus productive. C’est surtout la découverte de la confiance en elles, de cette capacité à se prendre en charge de manière autonome, qui fait leur fierté. Cette énergie les pousse à s’appliquer d’avantage pour faire évoluer leur situation, pour donner le meilleur afin d’améliorer leur environnement de vie immédiat et développer leur personnalité.

A lire : L’histoire des femmes de Taznakhte brodée sur les métiers à tisser

Cette aventure réunit autour du projet des volontés féminines de différents horizons. Des femmes âgées originaires du ksar d’Aït Ben Haddou qui se positionnent comme des mentors aguerris. Fadma Ihho en est l’exemple parfait : une femme sexagénaire autodidacte et inspirante qui répand son aura sur l’ensemble de ses collègues. Son profil d’actrice imprégnée de patience et de sérénité lui confère le statut de responsable charismatique.

A côté de Fadma se réunissent des jeunes filles instruites. C’est la jeune génération moderne d’Aït Ben Haddou, fière de leurs origines. Laila Azdou, la gérante du projet Tawasna, incarne ce modèle. Après des études supérieures à l’université et une expérience dans l’enseignement, elle a décidé de rentrer dans son village natal. Pour elle, la vie au ksar est en parfaite harmonie avec sa personnalité. Elle a décidé alors de mettre sa connaissance et son savoir-faire au bénéfice de ses collègues mobilisées dans le projet Tawasna.

Ces forces locales sont soutenues par d’autres bonnes volontés individuelles comme ces jeunes filles et ces jeunes garçons venus de différents pays dans l’intention d’apporter leur pierre à l’édifice. Ces bénévoles se sont appropriés à leur tour le projet Tawasna et participent avec abnégation à son évolution.

Loubna Mouna Guenoun, quant à elle, joue son rôle de chef d’orchestre en veillant à ne pas trop s’ingérer dans le projet. Fidèle à son propre savoir-faire, elle pilote, de loin mais avec vigilance, le déroulement du projet : elle coache, conseille, coordonne, elle dynamise … dans une approche collégiale qui conduit vers l’autonomie, gage premier de la durabilité du projet.

Les femmes d’Aït Ben Haddou ont su valoriser dans un même mouvement la richesse touristique de leur territoire et leur propre potentiel personnel. Le salon de thé Tawasna mérite d’être connu et visité car ce micro-projet montre combien chaque femme au Maroc a tout le potentiel requis pour entreprendre là où elle est. C’est l’illustration parfaite d’une petite collectivité qui a décidé concrètement de « cultiver son jardin ».

Pour contacter Tawasna :
Laïla Azdou – Tel : 00 212 669 94 40 75 / Email : tawesna.sdt@gmail.com

Pour visiter le ksar d’Aït Ben Haddou :
Voir fiche information sur sudestmaroc.com

Crédit Photographie : Abdellah Azizi
www.azifoto.com

A lire : A la recherche de l’âme assoupie du ksar d’Aït Ben Haddou

    • image-48

    Ksar Aït Ben Haddou

En vidéo

1 commentaire
  1. On vient de visiter la région et on a partagé un très bon moment dans ce salon de thé. On a discuté avec Laila la gérante du projet. Elle peut être fière de ce qu’elle entreprend. Bon courage à toutes ces femmes qui prennent leur destin en main.
    On reviendra très bientôt Inchaallah car cette région de notre cher Maroc vaut vraiment le détour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi ...