A Taznakhte, un homme veut réaliser une révolution agricole

Abderrahman Charhbili est ex-président de la commune rurale de Ouisselssate et président de la coopérative agricole de Tamounte. De son expérience politique et associative émerge le profil d’un homme engagé dans le développement de son territoire. La coopérative de Tamounte en est un exemple concret avec une production d’environ deux tonnes de lait par jour. 

“Nous pouvons réaliser une révolution agricole”

Elle fédère les différentes associations agricoles de la région. Tamounte s’impose aussi comme une force de proposition qui représente Taznakhte dans les salons et les rencontres nationaux. Abderrahman mène un plaidoyer sans relâche en faveur du développement agricole de Taznakhte. Les potentialités de la région et la diversité de ses produits confortent sa position : safran de Siroua, de Zenaga et d’Ait Aâmer ; les dattes de bonne qualité d’Ouhmidi comme Boufghous, Bouzekri, Bousthemmi. Sans oublier l’élevage qui est une spécificité de la région de Siroua. « Avec des moyens et un cahier de charges bien élaboré, nous pouvons réaliser une révolution agricole à Taznakhte, il y aura une émigration inverse ». fait-il entendre en toute assurance. Si la région s’endort c’est à cause de la torpeur des responsables locaux et l’absence d’une véritable volonté politique.

Pour lui, et contrairement aux clichés qui relèguent toute la région Sud Est aux zones pauvres, Taznakhte est un territoire riche. Cependant, Abderrahman n’est pas du genre à tout foudroyer. Il reconnaît l’ambition des programmes et stratégies nationales en matière de l’agriculture. C’est une opportunité pour tout le pays. Ce qu’il regrette, c’est le non aboutissement de ces programmes sur le terrain à cause de la lenteur administrative. Abderrahman est très explicite sur ce point « l’Etat a élaboré des programmes prometteurs dans le secteur de l’agriculture. Malheureusement, les départements régionaux et locaux ne suivent pas. Certains responsables n’arrivent même pas à assimiler ces programmes ».

A lire : L’histoire des femmes de Taznakhte brodée sur les métiers à tisser

Sans se contenter de brosser une image sombre et démotivante sur la réalité de Taznakhte, Abderrahman en tire des conclusions. Il avance des propositions qui sont pour lui le véritable levier du secteur agricole dans la région : actualiser le cadre juridique des terres collectives, investir dans la formation, réaliser une carte hydrique, mobiliser des fonds et élaborer une politique agricole intégrée.

Le développement de la région se jouera à l’échelle des communes

Ceci dit, l’agriculture n’est qu’un volet du développement territorial qui est l’enjeu majeur. « À l’horizon de la future régionalisation, le développement de la région se jouera à l’échelle des conseils communaux et provinciaux. Il appartient aux jeunes de prendre au sérieux ce défi et de postuler aux candidatures électorales. Ils sont la clé de voûte et l’espoir de la région ». Abderrahman est conscient du défi à relever en matière de développement de sa région. Il mise sur les jeunes, fort potentiel humain, pour en être des leaders.

Crédit Photographie : Abdellah Azizi
www.azifoto.com

Localisation

Total
0
Shares
3 commentaires
  1. Une volonté politique et économique accompagner d’une stratégie claire et précise et une mobilisation des ressources naturelles; humaines et financières; sont des conditions pour réussir une telle révolution, bon travail Mr Abderhman et juste comme vous dites seul les jeunes ont la capacité de changer la situation. Espérant que nos jeunes joueront ce rôle. Merci Mr Jalil bon travail de votre part.

  2. Je tiens à remercier l’équipe sudestmaroc.com pour son excellent travail pour découvrir des régions délaissée comme la notre. C’est bien dommage que nos citoyens ne récompense pas des gens qui on marquer l’événement comme Si Abderrahman parmi ceux qui ont fait pour la région. Si nous attendons des communes une révolution, soyez certain que nous attendrons encore longtemps car nos députés ne sont pas à la hauteur des ambitions. Donc que les prochaines élections puissent nous donner satisfaction !

  3. Probablement oui, je n’essaie pas de prouver le contraire, mais avant tout et ce que nous sommes prêts pour ce changement ? Ce débat ? Défendre nos idées, nos rêves ? Nos intérêts ensemble ? Quel changement nous attendrons ?

    Ce monsieur reste un cas exemplaire.

    Malgré les problèmes et les contraintes qui se dressent devant les mesures et les attentes envisagées à Taznakhte et la région.

    J’espère que nous arriverons à voir plusieurs types de ce monsieur qui auront les mêmes idées et seront attachés au bled et à nos problèmes régionaux.

    Merci Si Abderrahman Cherhbili.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi ...