TOP

Expédition en montagne enneigée pour les étudiants guides des espaces naturels

Une importante étape a eu lieu courant du mois de mars 2014 pour les futurs guides des espaces naturels du Maroc dans le cadre de leur formation délivrée par l’Institut Spécialisée de Technologie Appliquée Hôtelière de Ouarzazate. Comme c’est le cas depuis le démarrage de la formation en février 2013, les professionnels du Maroc, réunis au sein du club des réceptifs de Marrakech (regroupement d’agences de voyage spécialisées dans le secteur Nature et aventure), se sont une fois encore impliqués pour transmettre leur savoir et ainsi accompagner les jeunes étudiants à découvrir les réalités de terrain de leur futur métier.

Après un premier stage pratique réalisé en juin 2013 sous la forme d’une randonnée en autonomie, le groupe des 21 étudiants a cette fois là été emmené par Jean Pierre Datcharry et Mohamed Chakir dans les montagnes de l’Atlas pour une expédition de 10 jours, du 6 au 18 mars 2014, en situation hivernale, c’est à dire en présence de neige et de grand froid.

Après une préparation minutieuse de l’expédition par l’équipe d’encadrement, les jeunes se sont rendus en voiture jusqu’au piémont Sud de l’Atlas à Toundout pour entamer à pied leur exercice, muni chacun d’un sac à dos de près de 30 kg contenant l’équipement et l’alimentation nécessaires pour une autonomie de 10 jours; et ainsi rejoindre le premier lieu de bivouac au village d’Imdrass à près de 2000 m d’altitude.

La neige et le vent étaient au rendez vous dès le démarrage de l’expédition et cela aura permis de plonger les apprentis guides dans les conditions optimales pour faire l’expérience des difficultés inhérentes à cette situation géographique et climatique.

L’enjeu est majeur et l’encadrant de cette expédition, Jean Pierre Datcharry, le rappelle avec insistance : accompagner des touristes en expédition montagneuse au Maroc, en hiver, exige de bien connaitre les risques réels que ces environnements peuvent parfois impliquer.

Après avoir gravi les pentes raides, le groupe accède au plateau d’Oumsoud pour établir un nouveau bivouac dans la neige, à 3000 m d’altitude. La première crête de l’Atlas est alors franchie à 3600 m pour ensuite redescendre jusqu’au plateau de Tarkedit et rejoindre la haute vallée du M’goun à l’Ouzirimt. Un nouveau bivouac dans la neige attend les marcheurs.

La descente sur la haute vallée de l’Oulilimt jusqu’au dernier village du M’goun, Talat Righane, à 2320 m amène le groupe à franchir la 2ème crête de l’Atlas au point nommé Tizi’n Aït Imi perché à 2900 m d’altitude.

Tout au long du parcours, les formateurs délivrent aux jeunes les informations de base qui feront socle de leur connaissance intime de cet environnement : la constitution de la neige, son origine, son apparence, son état selon les typologie du sol et les modifications climatiques, ses dangers … Les jeunes ont ainsi pu expérimenter l’utilisation des raquettes et autres outils propres à une avancée assurée comme le piolet ou la corde de sécurité. Ils ont pu apprendre comment descendre et monter une pente enneigée, comment réagir en cas de glissade, comment freiner en cas de chute, comment gravir une crête en prenant précaution des corniches.

L’enjeu final de tous ces efforts est bel et bien pour ces jeunes celui de leurs futures responsabilités vis à vis des touristes désireux de découvrir les beautés naturelles des montagnes du Maroc. Ces découvertes ne sont pas de simples ballades et requièrent la connaissance préalable des lieux et des usages nécessaires à leur traversée.

Le groupe a dû ainsi réagir comme il le faut lors d’une soudaine tempête de neige : comment ne pas se perdre, comment s’orienter avec la carte, la boussole et le GPS, comment établir un bivouac, comment construire un igloo pour se protéger du froid, et jusqu’au pire envisagé, comment agir dès lors où une avalanche surgit. Là, c’est le bon réflexe qui compte, la rapidité du geste que le guide fait parce qu’il sait le faire.

Rien ne ressemblait aux exposés théoriques que ces étudiants ont pu recevoir durant leurs heures de cours et tout de la Nature a bien voulu participer à la confrontation avec la réalité de ce métier. Aux abords des crêtes du Tagafayt, à plus de 3400m, le groupe a dû prendre la décision de faire demi tour car le risque d’avalanche, aux yeux du responsable de l’expédition, se faisait de plus en plus présent en raison des conditions de surcharge de neige de qualité très mouillée.

Après avoir traversé au pied de l’Azourki et le Tizi’n Illaz, le périple se termina au petit village d’Assam Souk, le lieu dit des Aït Atta d’Oumalou.

C’est en véhicule passant par Azilal et le Tizi’n Tichka que le groupe a pu enfin rejoindre Ouarzazate.

Les formateurs ont le sentiment de la mission bien accomplie. Les jeunes étudiants ont vécu la montagne marocaine en hiver et ont découvert la neige et ses dangers, l’objectif étant de mieux connaître cet environnement pour mieux le faire découvrir à d’autres.

La nouvelle formation des guides des espaces naturels lancée en 2013 expose ainsi toute sa raison d’être en regard de l’importance de professionnaliser le secteur du tourisme au Maroc. Mis en place par le Ministère du tourisme en partenariat avec le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne de Prémanon (CNSNMM) de la région française Franche Comté, ce cursus pédagogique a su organiser et ainsi bénéficier de la complémentarité entre les acteurs privés et les acteurs publics du tourisme au service d’une ambition partagée.

En savoir plus ...

L’équipe de formation :

– Jean-Pierre Datcharry
38 ans d’expérience – Accompagnateur en montagne Français – Moniteur de Ski nordique – Secouriste en Montagne – Directeur de l’Agence Désert et Montagne Maroc à Ouarzazate.

– Mohamed Chakir
25 ans d’expérience – Guide des espaces naturels – Kelaa M’gouna

Crédit Photographie : Abdellah Azizi

Post a Comment

X