TOP
Ali et Dominique

Ali a trouvé la clef de sa prison

Il est des destins qui méritent d’être vus au grand jour tant ils nous rappellent à l’essentiel de ce qui devrait faire nos vies.

L’histoire d’Ali vient nous montrer que la fatalité de l’existence, qu’elle nous emmène vers le bien comme vers le mal, n’est finalement qu’une affaire humaine et que l’alternative entre ce bien ou ce mal souvent n’est qu’une affaire de geste, et donc de choix entre le geste qui fait du bien et celui qui fait du mal.

Ali a 9 ans aujourd’hui, et cela fait 9 années qu’il vit dans l’orphelinat de Ouarzazate. Il a été abandonné dès sa naissance dans une ville voisine de la manière la plus expéditive qui soit : calé dans un sac en plastique et ainsi déposé dans la rue. Une fois recueilli, il est venu rejoindre les autres enfants qui peuplent en permanence l’unique foyer pour orphelin de la région Sud Est du Maroc, géré par l’association Basma et sous l’autorité des services de la santé. L’orphelinat est toujours plein mais les enfants abandonnés, alors encore bébés, trouvent rapidement une famille d’accueil.

Ali cependant n’avait pas le visage comme les autres enfants. Il est de peau noire et semblait être atteint d’un léger handicap, ce qui bien évidemment ne facilitait pas ses chances de sensibiliser les adultes de passage en quête de parentalité. C’est ainsi qu’Ali vit partir un à un les enfants avec lesquels, de son âge alors, il avait fait son monde. Et c’est ainsi qu’il grandit, d’année en année, et toujours entouré de ces mêmes bébés aux sourires coquins qui sans tarder lui faisaient signe de la main pour s’en aller entre des bras chaleureux.

Les enfants de l'orphelinat de Ouarzazate
Les enfants de l'orphelinat de Ouarzazate
Comme un petit animal enfermé seul dans un enclos

Mais Ali restait là, entre les murs de l’orphelinat de Ouarzazate et au fil du temps passé, il allait devenir quelqu’un d’encombrant dont on ne sait plus quoi faire. Il ne parlait ni l’arabe ni l’amazigh, car personne ne lui parlait. Il poussait des petits cris stridents et dès que l’on faisait montre de s’intéresser à lui, il s’agrippait aux jambes. A ce jour, toutes ses dents sont cariées car personne ne les lui lavait. Il entend mal, semble ne pas voir grand chose, il ne sait donc ni lire ni écrire, et porte les signes physiques d’une malnutrition sérieuse. Tout cela faisait qu’Ali, dans son monde, avait pris l’habitude de sentir tout ce qu’il voulait découvrir comme un petit animal enfermé seul dans un enclos. Ses seules sorties était pour rejoindre une crèche, peuplée d’autres petits enfants, et lui le grand aux oreilles ouvertes aux vents retournait chaque soir entre les barreaux de son petit lit. Prochainement, et parce qu’il commençait vraiment à être trop grand, il devait quitter l’orphelinat pour rejoindre l’institut pour adolescents délinquants d’Agadir, seule structure disponible.

Et puis un jour, Ali vit quelqu’un passer un peu de temps avec lui, quelqu’un qui restait et puis surtout qui revenait.

Dominique était en quête d’un enfant. La maternité, elle connaissait bien pour l’avoir vécue par quatre fois déjà dans sa vie et ce choix d’adoption s’inscrivait dans une autre logique. Depuis la France où elle vit, elle entendit parler de lui et vint donc à Ouarzazate en 2009 pour le rencontrer. Elle se dit que oui, c’était lui.

Le coeur n’a ni frontière ni religion

Depuis cette date, Dominique a eu tout le temps de réfléchir à son choix de s’occuper d’Ali en dépit de tous ses problèmes. Elle rencontra de nombreux obstacles qui faillirent empêcher cette heureuse issue pour Ali. Le débat récent au sujet de la kafala ouverte ou pas aux personnes étrangères a failli bloquer cette délivrance. Dominique a tenu bon avec l’aide tenace de son avocate et le soutien d’autres personnes, notamment dans l’administration, qui avaient bien compris que la solidarité, et donc le coeur, n’a ni frontière ni religion.

Il y a deux semaines, Dominique est venue officiellement récupérer Ali au tribunal. Pour la première fois, il avait le sourire plein et de sa main vibrante, le regard fier, il ne cessait de saluer le monde, de dire au revoir à jamais à ces murs maussades.

Ali et Dominique se préparent à partir pour la France cet été. Peut être vont-ils revenir en septembre pour s’installer à Ouarzazate où Dominique pense à lancer un projet économique. Peut être vont-ils rester en France. Dominique sait qu’avec Ali, cela va se vivre au jour le jour. Le défi est au quotidien.

Quand on lui demande pourquoi elle a fait ce choix si radical, elle répond avec évidence :

Dominique sait que son choix doit être pragmatique, aussi précis que l’étaient ses gestes quand elle exerçait la mission de pompier, après ses nombreux autres métiers. L’enjeu est d’amener Ali à maîtriser sa communication avec le monde. Orale et écrite.

La raison d’être profonde du choix de Dominique est donc simplement le besoin de se sentir utile, de savoir qu’elle sert à quelque chose dans ce monde où règnent encore l’égoïsme et la violence. Ali à peine sorti à l’air libre, a déjà croisé la triste médiocrité de l’humain. Des jeunes, bien sur eux, se sont déjà moqués de sa démarche bancale et des crachats l’ont déjà atteint.

Ali n’a rien remarqué et c’est tant mieux. Ou peut être a-t-il déjà tout vu de l’humain. Il n’a que faire de ces poussières du temps. Il sait qu’il a trouvé sa clé. Elle s’appelle l’amour. Et cela, pour lui, c’est l’essentiel.

Crédit Photographie : Abdellah Azizi

www.azifoto.com

Comments (19)

  • Coralie

    j’ai vu partir des Youness, Abdelatif, Rabab, Bilal, Medhi,….. mais j’ai une pensée particulière pour ceux qui, comme Ali, restent à l’orphelinat parce que différents des autres enfants . N’oublions pas les Nohaila, Meryam, Simo, ils sont comme Ali condamnés à rester à l’orphelinat parce qu’ils n’ont pas eu la chance de croiser le chemin d’une Dominique.

    J’espère qu’il y aura encore et encore des enfants qui quittent cet orphelinat mais souhaitons aussi que les mentalités évoluent pour aider les mamans célibataires plutôt que de leur jeter la pierre et retrouver les enfants dans la rue.

    Un clin d’œil aussi à Cécile qui repart avec Nidal.

    Il faut beaucoup de courage à ces futurs parents qui doivent subir les tracas administratifs et rester bloqués à Ouarzazate de longues périodes pour obtenir la Kafala.

    Au nom de tous les enfants, je peux et je dis BRAVO à tous?

  • AE

    2009 – 2014 ! quelle incroyable patience !

    Sa photo dans “la cité orpheline” m’avait attristée, savoir qu’il était encore là-bas, nulle part.
    Et pourtant, je n’aurais pas eu cet amour-défi là. Il fallait donc être Dominique, que votre route à tous deux soit embellie.

    Mais je pense aussi à tous ces enfants abandonnés sous quelque prétexte sociétal plus que religieux. Et si l’arme la plus efficace était l’amour des mères, des pères qui n’abandonneraient plus jamais leurs enfants ?

  • Elhoucine Bouhlou

    Ce garçon a de la chance. Cette femme est généreuse !

  • Jannat Fatima

    C’est magnifique l’histoire touchante. Merci Madame Dominique.

  • Aicha Benkhadra

    C’est beau.

  • Hind Lami

    C’est émouvant, j’ai les larmes aux yeux.

  • Soraya Elkrami

    Très très touchant !

  • Jamila Benboubker

    L’histoire est très touchante et j’ai vraiment apprécié cette femme. Merci bcp que Dieu vous protège tous les deux.

  • Karim Nouini

    La main de Dieu à travers une personne de cœur. Dieu n’oublie jamais aucun des siens, et surtout les innocents, déshérités parmi eux …

  • Hassan Sqalli

    Émouvant.

  • Fatima

    Bravo à cette dame courageuse.

    Je salue et je m’incline devant sa décision qui n’est pas du tout aisée ni temporaire. Dominique a choisi le difficile et le compliqué cela me laisser deviner son caractère et sa personne. Je pourrais dire, elle est tenace, forte mais aussi sensible, humaniste et peut être fragile. Fragile, car c’est la seule qui a succombé devant l’atroce situation de ce pauvre Ali. C’est son coeur qui a été chagriné par la souffrance de Ali.

    La vie se porte encore bien puisqu’il y a encore des Dominiques.

    Réjouis-toi cher Ali avec ta nouvelle maman. Elle n’est pas comme tout le monde, elle est authentique, elle est un ange. je suis vraiment contente pour cher Ali.

  • SAID

    C’EST MAGNIFIQUE CE QUE VOUS AVEZ FAIT MADAME DOMINIQUE.
    APRÈS HIER J’AI VU CETTE FEMME DOMINIQUE AVEC CE PETIT ALI, DANS UNE BOUTIQUE AU 3 MARS A OUARZAZATE. QUAND J’AI VU CES PHOTOS SUR MA PAGE DE FACE, J’AI LU L HISTOIRE, ET VRAIMENT J’AIME CETTE FEMME A PROPOS DE TOUT CE QU’ELLE FAIT AU PETIT GOSSE ALI. QUE DIEU VOUS PROTEGE …

  • Malika Elkaf

    C’est vrai que ce petit que j ai vu lors de mes visites à cet orphelinat a changé carrément de regard. Je suis émue quand j’ai regardé son sourire alors qu’il était tout le temps à crier dans son coin. JE VOUS SALUE DOMINIQUE VRAIMENT !

  • Dominique Torralba

    On peut dire que c’est un vrai coup de cœur et c’est tant mieux pour Ali et pour cette dame … Qu’ils vivent heureux ensemble.

  • Vanessa Cheraki Fhima

    Respect Madame !

  • JP Datcharry

    Toute notre amitié vers Dominique et ceux qui l’on aidé pour sortir ALI de ce cauchemar.
    Que d’émotions, et belle vie à Ali, Dominique et votre entourage.
    Que la PAIX et la JOIE vous entourent.

    Nous sommes en plein Ramadan, cela doit nous faire réfléchir tous sur l’implication citoyenne dans ces maisons d’ACCUEIL.

    Espérant que des ONG et autres institutions ouvrent également leurs yeux et leurs coeurs, en oeuvrant au bonheur de ces Ouarzazi OUBLIES

  • Mathilde A.B.

    On peut se laisser aller à douter de tout dans le monde d’aujourd’hui : toujours davantage de misère, de malheur, de haine. Les messages de paix semblent noyés dans les flots continus d’une actualité vide de sens. Nous nous sentons petits, insignifiants, écrasés entre les étaux des puissances financières, économiques, politiques, etc.

    Et tout à coup, deux visages, un écrit, des paroles… et tout s’illumine, tout reprend vie. L’espoir est de nouveau possible, car une femme a ouvert son cœur et ses bras à un petit garçon perdu.

    Dominique, vous êtes comme un miracle qui permet de croire encore en l’humanité, qui nous redonne notre place ; votre exemple donne à chacun la possibilité de se redéfinir en tant que sujet capable d’agir pour le bien d’autrui.

    Merci à sud-est-maroc.com d’être là pour relayer ce message,

    Continuez à nous parler de celles et de ceux qui oeuvrent dans la discrétion et nous rappellent que nous sommes sur terre pour nous aimer, simplement.

  • Raouf MSEDDI

    Merci Madame,votre histoire est très touchante et a fini par payer, en dépit des difficultés de parcours rencontrées. Le petit Ali a enfin trouvé la maman qui lui a jusqu’à présent manquée, qui va certainement très bien s’occuper de lui pour que peut être un jour il lui succédera pour devenir un Grand Général, non pas de guerre, mais de sapeurs pompiers et contribuer ainsi à éteindre les foyers de feu qui embrasent aujourd’hui par çi par là notre pauvre petite planète.

  • Dominique

    Je voulais remercier tous ces gens pour leur gentil message.

    Ali est en France maintenant. Il va très très bien fait d’énormes progrès et est heureux de vivre enfin.

    Amicalement à vous tous.

    Dominique

Post a Comment

X